Rétrospective

L’année 2018 en séries TV: nos coups de cœur

L’année a été riche en nouveautés. Nos dix feuilletons préférés, depuis un retour sur les attentats de septembre 2001 jusqu'au renouveau de l'Allemagne des séries

The Looming Tower (Hulu/Amazon)

L’histoire, invraisemblable et pourtant véritable, d’un agent du FBI qui a tiré la sonnette d’alarme à propos de la montée du terrorisme islamiste dans les années 1990, qui a été poussé à la sortie à force de tensions avec la CIA, qui est devenu responsable de la sécurité du World Trade Center, et qui a péri dans les attentats de 2001. Portée par les incontestables Jeff Daniels (The Newsroom) et Tahar Rahim (La Commune, Un prophète), adaptée d’un livre-enquête couronné par un Prix Pulitzer, The Looming Tower constitue un brillant thriller géopolitique. Cette année, notre choix n’a pas été évident, car le niveau de qualité des séries est incontestablement encore à la hausse. Mais le feuilleton de 10 épisodes conçu par Dan Futterman et Alex Gibney, d’après Lawrence Wright, s’impose comme un retour sur le trauma des années 2000 aussi pertinent que bien conté. Le caractère inouï du destin qui est retracé achève de rendre la série impérissable.


Seven Seconds (Netflix)

La série méconnue de 2018, qui propose une dure plongée dans une ville de banlieue new-yorkaise, en face de la statue de la Liberté. L’enquête sur la mort d’un jeune Noir, accidentellement fauché par un policier, tourne à la révélation des fractures sociales américaines.


Hippocrate (Canal+)

Une fiction dans un hôpital de seconde zone en France n’a rien d’excitant. Thomas Lilti décline son film éponyme avec un attachant quatuor de médecins assistants (dont Louise Bourgoin), et c’est passionnant.


Succession (HBO)

Le déchirement d’une famille avec de gros enjeux financiers est un grand classique. L’Anglais Jesse Armstrong, sous pavillon HBO, reprend le genre dans une tribu new-yorkaise qui s’étripe autour de son patriarche.


The Good Doctor (ABC)

Tire-larmes de l’année – elle date de 2017 aux Etats-Unis –, la série de David Shore adaptée d’une fiction coréenne est plus maligne qu’il n’y paraît. Son héros autiste, incarné par un Freddie Highmore inspiré, repousse les limites.


Bron/Broen (The Bridge), saison 4 (SVT/DR)

«Adjö Saga», avons-nous écrit en juillet, une larme à l’œil. L’inspectrice Saga Norén, atteinte du syndrome d’Asperger, tire sa révérence dans cette ultime saison, qu’elle entame en étant en prison. Une fin digne.


Coincoin et les Z’inhumains (Arte)

Des flaques grisâtres apparaissent, et c’est l’univers qui bouscule les Ch’tis. Quatre ans après P’tit Quinquin, Bruno Dumont renoue avec le burlesque, et réussit à nouveau le pari loufoque.


The X-Files, saison 11 (Fox)

Avec le renoncement annoncé de Gillian Anderson, il semble que cette saison sera la dernière. Après un retour bancal en saison 10, le couple toujours glamour de l’ufologie et des monstres de la semaine brille à nouveau.


L’amie prodigieuse (HBO/Rai)

L’adaptation du roman d’Elena Ferrante séduit par sa simplicité et sa patine d’époque. Elle bénéficie aussi d’une superbe partition de Max Richter.


Babylon Berlin (Sky Deutschland)

Enquête criminelle dans la capitale sous la République de Weimar. L’adaptation des romans de Volker Kutscher par un trio emmené par le cinéaste Tom Tykwer dépeint une cité de danse et de pauvreté.

Publicité