Certaines chaînes de TV ont le sens de la programmation, l’intuition qu’il faut pour placer la bonne fiction, au bon moment. Le 1er janvier 2012 à 20h10, la BBC lancera la deuxième saison de Sherlock. Dévoiler la suite de ces variations pour un Sherlock Holmes du XXIe siècle, le premier jour de l’an – au moment où le public cible ne demandera qu’à rester au chaud; la manœuvre est brillante. Les Romands disposant d’une connexion numérique pourront suivre ce quatrième volet sur BBC One.

Le retour de Sherlock sera l’un des grands moments des Fêtes, qui ne connaîtront pas de grands lancements; plutôt des opérations ponctuelles. Sur TF1 le 28 décembre, ambiance fin du monde, peu avant la funeste année 2012. Le Jour de glace (Ice), téléfilm catastrophe en deux volets, promet un refroidissement général de l’hémisphère Nord dans lequel se débat notamment Sam Neill (Jurassic Park . Les Tudors).

Le 30, sur M6, signalons une déclinaison du film Neverland (en deux parties): retour à Peter Pan, promet-on, avec une bonne louche de pirates des Caraïbes. Le produit fait craindre le typique remplissage de grille M6. Mais la période des Fêtes incite à une infinie mansuétude.

La TSR est plus appliquée. Elle lance Blue Bloods le 6 janvier, série policière et familiale qui relance Tom Selleck (ex-Magnum, aperçu dans Friends ) dans un rôle de patriarche. Suivra la saison 3 de Mad Men, dès le 8. Arte plaidera pour Les Tudors une troisième fois, dès le 12. Sans Sam Neill, parti depuis la fin de la première saison déjà pour aller sauver le monde de la glaciation. On ne peut pas tout faire.