Le Cabinet des médailles du Palais de Rumine n'est pas le plus populaire des musées vaudois. Sa dénomination évoque des érudits à bésicles penchés, volets fermés, sur des objets indéchiffrables pour le commun des mortels. Pour corriger cette image poussiéreuse, Anne Geiser, la conservatrice du Cabinet des médailles vaudois, et son équipe, ont décidé de frapper un grand coup, en organisant une exposition grand public à l'Espace Arlaud consacrée au dessin de presse sur le thème de l'argent.

Plus précisément, ce sont les œuvres d'un unique artiste qui tiennent la vedette, et pas n'importe lequel, puisqu'il s'agit de Burki, dessinateur fétiche du journal 24 heures, qui est l'un des sponsors de l'exposition et dont des piles d'environ un mètre de hauteur servent de décoration aux salles. Pour tous les Vaudois de 7 à 77 ans, les dessins exposés ne sont donc pas à proprement parler des découvertes; mais ils trouvent là l'occasion rare de voir les aquarelles, les encres de Chine et les crayons originaux de Burki et d'admirer sa patte esthétique, à laquelle le papier journal ne rend pas complètement justice.

Impact sur le quotidien

L'occasion aussi de réfléchir à l'extraordinaire puissance évocatrice de la notion d'argent sur l'imaginaire de cet éditorialiste suit generis qu'est le dessinateur de presse comme sur celui des acteurs-victimes-consommateurs de l'actualité que nous sommes tous. L'argent, ça ne fait pas que nous intéresser, ça nous concerne. Et ce n'est pas par hasard que le talent de Burki donne sa pleine mesure là où il traite de son impact sur notre vie quotidienne.

Exemple: les dessins consacrés à la fusion entre l'UBS et la SBS. Ecrasés comme des fourmis entre deux gigantesques portes blindées, elles-mêmes encadrées de colonnes néo-classiques, ou tombant comme une poussière de cendres de deux énormes cigares, les employés licenciés figurent notre commune misère face à l'inhumanité des mécanismes économiques. On sourit et on frissonne, c'est réussi.

L'exposition, sous-titrée «Argent du pouvoir et pouvoir de l'argent», contribue par ailleurs à remettre en question les préjugés courants sur le rôle d'une institution comme le Cabinet des médailles. Loin de se limiter à la science numismatique, elle a aussi pour vocation d'interroger toutes les significations symboliques de la monnaie matérielle ou virtuelle.

«Burki le franc-rire», Espace Arlaud (place de la Riponne 2bis, Lausanne, tél. 021/ 316 38 50). Me-ve 12-18h, sa-di11-17h. Jusqu'au 26 septembre.