Pauvre Marie Mallon: avant de devenir Typhoid Mary et de passer plus de vingt-cinq ans de sa vie enfermée dans un hôpital, elle était une cuisinière appréciée chez les bourgeois new-yorkais du début du XXe siècle. Certes, elle ne restait pas longtemps en poste dans la même famille. Mais quand la fièvre typhoïde frappait chez ses employeurs, Marie se donnait sans compter pour soigner les malades. A tel point qu’en 1902, alors qu’elle passe l’été dans une maison louée dans le Maine par la famille d’un avocat new-yorkais, et que «sept personnes sur les neuf composant la maisonnée contractèrent la maladie», Marie repart, une fois la crise passée, avec une récompense de 50 dollars pour ses bons services.

Lire aussi: Quand l’épidémie s’abat sur la ville