Un enseignant d’une université romande disparaît pendant l’été 1997. Daniel Sangsue a pris appui sur ce fait divers non élucidé pour ficeler, sous forme d’enquête, sa cinquième fiction, lançant un collègue «à la recherche de Karl Kleber», plus de vingt ans après l’éclipse de ce dernier.

Daniel Sangsue est lui-même professeur émérite de l’Université de Neuchâtel. Spécialiste de Stendhal, de la parodie et des fantômes auxquels il a consacré plusieurs études, il a aussi publié, sous le pseudonyme d’Ernest Mignatte, quatre récits. Le narrateur du dernier est un universitaire en fin de carrière, qui se dit «amer et désabusé». Fâché par l’«américanisation» du monde académique, abandonné par des épouses lassées de ses frasques, frustré de conquêtes estudiantines par les mouvements féministes du XXIe siècle, il espère prendre, avec cette enquête, une leçon de disparition.

Curiosités bibliophiliques

Amateur, comme l’auteur, de curiosités bibliophiliques, l’enquêteur base sa recherche sur la bibliothèque de Karl Kleber, récemment mise en vente. Les livres révéleront-ils «comme un miroir» pourquoi et comment l’homme s’est évaporé alors qu’il allait inaugurer, à 57 ans, une vita nova amoureuse? Fugue, suicide, assassinat, existence clandestine au loin, clochardisation?

A vrai dire, auteur, narrateur et lecteur, tout le monde s’en bat l’œil. Ce qui intéresse Daniel Sangsue, c’est d’explorer le corpus littéraire de la disparition. Et de mettre en question l’évolution de l’université – le narrateur est un adversaire déclaré des réformes de Charles Kleber et du processus de Bologne, et il se scandalise des tocades du monde académique que n’eût pas appréciées non plus Karl Kleber.

Lire également: Les fantômes 
du Doubs

L’auteur octroie à l’enquêteur un petit détour par les îles Eoliennes et Paris, lui offre une séance de spiritisme, clin d’œil aux fantômes. Il le fait aussi rencontrer Ernest Mignatte et s’amuse à pasticher le lyrisme amoureux de Joël Dicker. Et forcément, il truffe le récit de citations littéraires et d’allusions qui amusent sans alourdir ce campus novel romand.


Roman

Daniel Sangsue
«A la recherche de Karl Kleber»
Favre, 168 p.