Trou, fondé en 1979 à Moutier, est l'exemple d'une publication à la fois régionale, pour l'équipe rédactionnelle, certains artistes invités et le mode de fabrication, et d'un intérêt qui dépasse les frontières. Le quinzième numéro de cette revue annuelle accueille des plasticiens qui écrivent, des écrivains dont le texte est assorti de vignettes colorées, un peintre dont les peintures font écho au récit d'un écrivain.

Les artistes conviés participent gracieusement à l'opération, séduits par la qualité de cette vitrine, des pages amples et aérées, un graphisme impeccable, des coauteurs originaux. L'ensemble peut paraître disparate, mais il a le mérite de constituer un joyau à facettes. Dans ce numéro, l'association d'aquarelles, douces et épurées, de Gérard de Palézieux, réalisées en Sardaigne, et d'un texte de l'auteur fribourgeois Frédéric Wandelère, récit poétique sur d'autres îles, celles de Formentera et de Leucade, fonctionne harmonieusement. Suit une nouvelle, quelque peu alambiquée, de Sylviane Chatelain, dont le vol d'un pot de géraniums fournit le prétexte.

Ce sont ensuite des peintres et sculpteurs qui s'expriment; plusieurs remontent à leur enfance: le Catalan Josef Niebla, qui était venu exposer dans le Jura l'été passé, propose ici ses «réminiscences d'Afrique»; Boris Zaborov se souvient, lui, des impressions de ses jeunes années en Crimée, sortes de flashs liés à la nature; le sculpteur soleurois Schang Hutter, dont on découvre notamment un magnifique dessin exécuté à vingt ans, évoque son désarroi lorsqu'il apprit, à cet âge-là, les horreurs des camps de concentration. Le tout forme un feuilleté aux saveurs contrastées, mais dont aucune page ne «jure» avec les autres.

Trou XV, Moutier, rens. http://www.trou.ch