Lorsqu’elle a découvert l’Espace Projet du Musée cantonal des beaux-arts de Lausanne (MCBA), un lieu que peuvent s’approprier les lauréats et lauréates du Prix Gustave Buchet, Sandrine Pelletier y a vu une serre, baignée de lumière grâce à une grande baie vitrée. Mais le volume «fonctionnel», la neutralité de l’espace relèvent pourtant davantage selon elle du «white cube», espace propre aux galeries et aux lieux d’exposition où murs et plafond sont pensés pour ne pas interférer dans l’appréhension de l’œuvre, destinée à «remplir» un dispositif rendu vide intentionnellement. Un beau défi pour une plasticienne qui s’est fait remarquer pour des sculptures conçues pour des environnements peu communs, tels qu’un glacier, un désert ou encore une église et une grange.

Lire aussi: Sandrine Pelletier, entre deux portes