«Morat est un arteplage à petite échelle, si l'on excepte le geste grandiose du Cube. L'idée de Jean Nouvel, celle d'imposer l'Expo à la ville, est géniale. En même temps, c'est un défi pour l'architecte: l'utilisation de ce qui existe le confronte à la beauté du site, aussi parfois à la banalité, au trop propre, au touristique.

»Excitante pour l'architecte, la démarche le sera aussi sans doute pour le public. Alors qu'à Hanovre, il fallait marcher, beaucoup marcher, pour aller d'un point à l'autre, le visiteur se trouvera à Morat dans un autre mode de perception. Le chemin lui-même sera déjà une expérience, qui suscitera des rencontres plus ou moins évidentes. Cela me fait penser aux expositions vivantes que l'on voit aux Etats-Unis ou dans les pays scandinaves, genre reconstitution d'un village viking.

»Morat sera une zone déclarée exposition: habitants et commerçants ne pourront y échapper. Des gens croisés, chacun essaiera de deviner s'il est visiteur ou habitant.

Je n'y vois rien de dégradant pour les Moratois: au contraire, malgré les nuisances, ils devraient y trouver du plaisir.»

A. W.