Ce printemps paraissait le magnifique livre Le Deuxième Pas (Labor et Fides). Le remerciement qui figurait à la fin du texte laissait pudiquement deviner les affres dans lesquelles il était né: «Merci à Geneviève qui a eu la patience de m’écouter lui dicter ce texte.» L’auteur fribourgeois Damien Murith, né en 1970, souffrant de douleurs chroniques, se confiait de manière personnelle dans ce qu’il appelait un «récit», mais que l’on pourrait qualifier tout aussi bien de poèmes en prose, tant son écriture est belle, précise et elliptique: «La douleur est-elle un peu d’enfance clouée dans le bois vert de nos os?» nous demandait l’auteur.