Il veut tout prendre, toujours. Il aime s’absorber dans la matière, disparaître sous le maquillage, surprendre dans le miroir un visage qu’il ne connaît pas et broder en liberté son conte. Le Français Laurent Natrella a du métier. Vingt et un ans à la Comédie-Française ont fait de lui un athlète de la fiction, capable certains jours d’enchaîner trois pièces. Mais il a toujours les élans du novice, la flamme de celui qui cherche d’autres figures de lui-même, qui transforme un rôle en fête.