Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Le violoniste Tobias Preisig inaugure dimanche 22 juillet le programme lausannois des Musiques à l’aube.
© Likta Hanzkova ©

Musique

A Lausanne, les aubes seront sonores

La jeune association Thelonica organise chaque dimanche de l’été des concerts de petit matin sur une jetée. Frisson assuré

Elles ont choisi pour leur association un nom qui dit l’amour du jazz, la féminité, mais aussi, en filigrane, l’idée de soutien aux arts: «Thelonica», un morceau du pianiste Tommy Flanagan, la concrétion du prénom de Thelonious Monk et de celui de Pannonica de Koenigswarter, grand mécène des musiciens du be-bop. Elles sont quatre Romandes, éperdues de jazz et des musiques connexes, elles ont appris le métier d’organisatrice dans des festivals de la région: Chantal Bellon, Claire Brawand, Sophie Grecuccio et Sarah May, depuis 2017, organisent à Lausanne des concerts au sang bleu.

Cette année, dans le cadre des nouvelles Garden-parties de Lausanne (des événements culturels organisés hors les murs pendant l’été), l’association Thelonica reprend ses Musiques à l’aube. Cinq concerts pendant les mois de juillet et août, qui accompagnent le lever du soleil depuis la Jetée de la Compagnie, à Bellerive. On connaissait déjà les aubes musicales du Bain des Pâquis à Genève, qui reprennent aussi en août avec Christian Zehnder, un ensemble de cors des Alpes, la slameuse Phanee de Pool ou le chant grégorien du Chœur de Jade. On aime tout autant les aubes de Thelonica.

Terre de conquête

Il est, dans certaines cultures, des musiques qu’on écoute à certaines heures du jour seulement – dans le classique indien par exemple. On imagine bien dans la programmation fine des Musiques à l’aube que l’association lausannoise a songé au pouvoir tellurique du violon augmenté de Tobias Preisig, qui a l’habitude de répondre aux lieux qu’il investit. On imagine déjà le solo du pianiste Colin Vallon, lui qui ne pense le son qu’en résonance avec ses propres questions silencieuses. On ira écouter aussi, les dimanches suivants, Duo Comète, Khyam Allami ou le solo d’Olivia Pedroli.

Ces concerts de potron-minet ont mille avantages: réunir la Suisse qui se lève tôt et celle qui se couche très tard, présenter dans un cadre inédit des musiciens prodigieux. On attend beaucoup en somme, à l’avenir, de cette petite association qui pense le jazz comme une terre de conquête.


Musiques à l’aube, chaque dimanche du 22 juillet au 19 août, Jetée de la Compagnie, Lausanne, à 6h15. Avec Tobias Preisig le 22 juillet.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo culture

Comment faire peur au cinéma?

Du «Voyage sur la Lune» à «La nonne» en passant par le «Projet blair witch»: comment le film d'épouvante est-il né et comment ses codes ont-ils évolué au fil du temps? Décryptage en images

Comment faire peur au cinéma?

n/a