La petite salle est plongée dans l'obscurité. Discrète musique planante, on marche sur du sable. Dans sa vitrine, Radjedef nous dévisage, immobile et divin dans sa beauté de pierre. Mise en scène réussie pour cette tête vieille de 45 siècles, l'un des chef-d'œuvre de l'Ancien Empire, prêtée par le Louvre au Musée romain de Vidy-Lausanne. C'est la principale attraction, mais non la seule, d'une exposition consacrée à une mission archéologique sur le site d'Abu Rawash, près de Gîza.

Fouilles franco-suisses

Radjedef fut le fils du plus célèbre Chéops (2605-2580). De sa pyramide à lui, il ne subsiste que de maigres restes, mais les fouilles menées depuis 1995 sous la direction du professeur Michel Valloggia, de l'Université de Genève, en collaboration avec l'Institut français du Caire, ont abouti à d'importantes découvertes, notamment sur l'ingénierie des pyramides. L'intérêt de l'exposition, c'est de fournir des connaissances sur ces spectaculaires sépultures royales à partir d'un exemple précis, reconstitué avec une maquette et illustré par des photos et des dessins.

La forme des pyramides a pu être inspirée par celle des élévations rocheuses naturelles que l'on rencontre dans le désert, appelées inselbergs. Pour les anciens Egyptiens, elle évoquait la création du monde, c'est-à-dire le premier lever du Soleil derrière une colline émergée de l'océan. Monument funéraire réservé au pharaon, lui-même fils du Soleil, la pyramide symbolisait la survie du souverain-dieu dans l'au-delà et l'éternelle alternance de la vie et de la mort.

Zone d'ombre pour culte solaire

Une part de mystère subsiste quant aux techniques de construction des pyramides, à une époque où les Egyptiens ne connaissaient pas encore la roue. Des traîneaux étaient employés pour le transport des pierres. Ensuite, celles-ci étaient probablement hissées au moyen de rampes, au sujet desquelles cependant aucun témoignage direct n'est parvenu aux archéologues. A moins que les dieux eux-mêmes ne s'en soient mêlés…

Nouveau conservateur du petit musée, Laurent Flutsch est fier d'avoir pu compléter cette présentation didactique par quelques superbes pièces provenant de grandes institutions européennes, toutes en relation avec les rites funéraires, qui contribuent à créer l'indispensable atmosphère.

Au cœur d'une pyramide.

Une mission archéologique en Égypte. Musée romain de Lausanne-Vidy, Bois-de-Vaux 24.

Ma-di de 11h. à 18h., je jusqu'à 20h. Jusqu'au 20 m ai.