Nul n’est parfait, surtout lorsque l’on s’approche de monuments aussi intimidants que les Six Motets de Bach. On imagine difficilement partitions plus concises et exigeantes, laissant à nu chaque voix qui doit se frayer une voie dans la polyphonie hautement sophistiquée du cantor de Leipzig.