Fête de la musique aux premiers jours de l'été, fête du cinéma aux derniers jours de l'été. Depuis quelques années, la saison chaude est ponctuée par les arts et se conjugue presque en dicton. Sainte-Croix, Fribourg, La Chaux-de-Fonds ou Neuchâtel participent cette année à la célébration du 7e art selon une formule éprouvée de films à succès et d'avant-premières. Mais c'est sans aucun doute, ni favoritisme, à Lausanne que l'événement a pris le plus d'ampleur, devant un Ciné F'Estival transculturel avec projections, expositions et concerts, prix du public et fête des enfants.

Née en 1985 sous l'impulsion du duo Jean-Claude Steiner et Jean-Daniel Cattaneo, l'idée a grandi sans la collaboration du groupe Métrociné hier, ni celle d'Europlex aujourd'hui. C'est dire que, avec seulement deux salles (Ciné Qua Non et City Club) face au quasi- monopole Métrociné, le Ciné F'Estival est parvenu à s'imposer, baignant le week-end de cinéphilie (du 31 août au 2 septembre cette année).

Jean-Claude Steiner et Jean-Daniel Cattaneo peuvent désormais compter sur un nouveau navire amiral qui devrait installer la manifestation pour longtemps: leur complexe de salles Cinétoile (lire en page 21). C'est là que les avant-premières, le cœur de la fête, seront projetées cette année. Parmi elles, des films qui sortiront bien sûr d'ici au mois de novembre et parmi lesquels il faudra particulièrement surveiller: Blow de Ted Demme avec Johnny Depp; The Deep End, thriller allégorique de Scott McGehee et David Siegel; Vidocq, l'événement français de la rentrée… Ainsi que le meilleur de l'écume de la Croisette 2001: The Man Who Wasn't There des frères Coen (prix de la mise en scène), No Man's Land du Bosniaque Danis Tanovic (prix du scénario), La Pianiste de Michael Haneke (prix du Jury et prix d'interprétation à Isabelle Huppert et Benoît Magimel) et Va Savoir de Jacques Rivette (le grand oublié du palmarès).

La plupart de ces films seront sans doute projetés au cours des autres fêtes du cinéma, ailleurs en Suisse romande. Mais toutes ne soumettent pas les avant-premières et les courts métrages qui les précéderont au jugement du public. C'est le cas à Lausanne, où cette compétition basée sur la popularité constitue une sorte de section principale entourée de programmes satellites. Parmi ces derniers, une rétrospective «Gérard Depardieu» permettra de juger du chemin parcouru par l'acteur, des Valseuses (le temps où il était excellent) à Astérix et Obélix contre César (le temps du n'importe quoi). Enfin, un hommage au cinéma de courts et longs métrages belges lâchera l'inénarrable Benoît Poelvoorde dans les rues de Lausanne.

Ciné F'Estival. Lausanne (31.08-02.09). Salles Cinétoile, Ciné Qua Non, Capitole, City Club, MAD, L'Amnesia, Cinémathèque («Visages d'enfants» de Jacques Feyder avec accompagnement musical, samedi à 21h), place de la Louve (projections en plein air), Beaulieu, Métropole (Les musiques de Visconti par la Sinfonietta de Lausanne).