Classique

A Lausanne, le Festival Sine Nomine fête ses 10 ans

Pour la 10e édition du festival, la formation lausannoise propose quatre concerts centrés sur sa discipline, tout en élargissant l’offre à d’autres formes de quatuor. Eclectique et passionnant

Un quatuor à cordes fortement ancré dans sa région; une volonté de partage avec d’autres musiciens et disciplines. Et le grand écart entre «classique» et contemporain. Pour les 10 ans du festival, le Quatuor Sine Nomine s’associe à des figures comme Heinz Holliger et la pianiste Edith Fischer pour un programme déployé sur quatre jours.

«L’idée, c’est d’offrir un festival curieux de toutes les racines qui peuvent être liées entre différentes expressions musicales, explique Jean Prévost, codirecteur de la manifestation biennale. Le festival place le quatuor à cordes dans son core business naturel, mais il a aussi l’objectif de l’élargir à d’autres formes de quatuor, à d’autres esthétiques.» A cela s’ajoutent des ateliers pédagogiques avec l’Orchestre des jeunes de la Suisse romande.

Parmi les concerts phares, le chef, hautboïste et compositeur Heinz Holliger (80 ans cette année) est très attendu pour la soirée d’ouverture (ve 13 sept. à 20h à la salle Paderewski). Il donnera une conférence sur son professeur, Sándor Veress, compositeur et pédagogue d’origine hongroise établi à Berne qui l’a durablement marqué. Il dirigera le Quatuor Sine Nomine et l’Orchestre de l’HEMU dans le rare Concerto pour quatuor à cordes et orchestre de Veress et la Symphonie «Oxford» de Haydn.

Musique a cappella du XIIe siècle

Le lendemain, la jeune pianiste lausannoise Aurore Grosclaude (élève de Christian Favre), le trompettiste Joachim Favre et l’Orchestre des jeunes de la Suisse romande se frottent au plus virtuose Chostakovitch (sa 14 à 11h30 à la salle Paderewski). Quatre chanteuses italiennes interpréteront la musique d’Hildegard von Bingen pour ouvrir un «espace-temps d’une mystique sérénité», commente Jean Prévost (église Saint-François à 20h30). Puis le vocaliste zurichois Christian Zehnder s’associera à l’Autrichien Matthias Loibner pour un concert hors normes mariant la voix («humming, sons gutturaux, souffle chaud de l’homme») à la vielle à roue et l’électronique.

Dimanche 15 à la salle Paderewski, la doyenne du piano Edith Fischer jouera le magnifique Quintette de Schumann avec le Quatuor Sine Nomine. L’excellent duo de pianistes Antoine Françoise et Gilles Grimaître se joignent aux percussionnistes Julien Mégroz et Julien Annoni dans la Sonate pour deux pianos et percussion de Bartók.

Outre Beethoven, Mendelssohn et Bartók, le Quatuor Sine Nomine clôturera le festival avec le dessinateur Alex Baladi, illustre invité de BDFIL 2019, et l’Ensemble Fecimeo pour un concert conjuguant musique et dessins (lu 16 à 17h à la salle Paderewski). Un projet insolite au-delà des cloisonnements habituels.


Festival Sine Nomine du 13 au 16 sept. 2019, www.festivalsinenomine.ch

Publicité