Art

Lausanne Lumières fait scintiller la ville

Lancée mercredi dernier, la 8e édition de la manifestation est moins dense, la faute à un budget revu à la baisse, mais propose de belles surprises

Projetée sur le portail gothique de la cathédrale de Lausanne, une fresque hypnotique de 20 mètres de hauteur donne des airs de livre vivant à l’emblématique monument. Réalisée par le Français Patrice Warrener, artiste à la renommée internationale, Montfalcor est l’une des belles surprises de la 8e édition du festival Lausanne Lumières. «Cette œuvre permettra d’attirer les visiteurs dans la vieille ville et de leur faire découvrir ses côtés enchanteurs», se réjouit Doris Cohen Dumani, présidente de la Fondation pour le commerce lausannois.

A lire: notre article sur l’édition 2014 de Lausanne lumières

La manifestation a investi les rues de la capitale olympique simultanément à l’ouverture du marché Bô Noël. Orné de bijoux lumineux, le cœur de la ville aura jusqu’au 31 décembre des allures de musée à ciel ouvert. L’édition 2019 de cet événement artistique, organisé à l’initiative de la Fondation pour le commerce lausannois et de la ville de Lausanne, s’avère réussie malgré une baisse de budget de plus de 28%. Redimensionné, Lausanne Lumières présente cet hiver moins d’œuvres, dix au total contre une quinzaine les années précédentes.

De la passerelle du Flon aux portes Saint-François, les projets proposés flirtent avec l’espace et la lumière, invitent à la contemplation. Parmi les installations lumineuses, structures et mises en scène, trois sont reprises d’éditions passées (Double Jeu, Méduses et Comètes), avec tout de même quelques modifications. Pour le syndic Grégoire Junod, l’événement a pour vocation de rappeler l’importance de Lausanne au niveau touristique et culturel: «Toutes les œuvres réalisées participent à̀ la mise en valeur des richesses et du patrimoine de la ville.» On pourra en outre apprécier, du 13 au 24 décembre, l’illumination de l’Hôtel de Ville, à la place de la Palud. Et pour les plus curieux, des visites guidées sont organisées chaque jeudi soir au départ de la place de l’Europe.

Un festival qui pense vert

Une autre dimension a été déterminante pour la réalisation de cet itinéraire poétique à travers la cité. Depuis le lancement du festival, l’impact écologique est sérieusement pris en compte. Il sert d’ailleurs de filtre dans le choix des artistes. Les œuvres sélectionnées ont une consommation énergétique raisonnable. Les Services industriels de Lausanne (SiL), partenaire principal du festival, ont eux aussi pensé vert. Pour 2019, plusieurs rues ont été équipées de nouveaux motifs lumineux modernes et élégants. Réalisés en LED, ils permettent de produire un éclairage festif sans gaspillage d’énergie.

Avec un budget réduit passé de 700 000 à 500 000 francs, suite à la volonté des autorités municipales de voir Lausanne Lumières s’autofinancer dans un futur proche, la manifestation a dû relever plusieurs défis. «Il s’agit toujours de trouver le lieu opportun pour placer une œuvre en fonction de l’éclairage déjà présent dans les rues. L’important est surtout de dénicher des œuvres impactantes pour le grand public, des œuvres qui, en fonction des lieux où on les a placées, ont un sens», explique Julien Finkbeiner, directeur de cette manifestation qui rassemble l’ensemble des acteurs de la ville – artistes, entreprises, artisans, commerçants, écoles, services administratifs et municipalité.


Lausanne Lumières, du 20 novembre au 31 décembre.

Publicité