«Mais vous n’avez rien vu de Theresienstadt…», prononce Frédéric Noaille, superbe de fougue tempérée dans la peau du cinéaste enquêteur Claude Lanzmann. Comme un grand oiseau sur son rocher frappé par une rafale, Nicolas Bouchaud chancelle alors, mais ne chute pas. Au Théâtre de la Bastille, à Paris en décembre et au Théâtre de Vidy dès le 18 janvier, il joue le docteur Maurice Rossel, ce délégué suisse du CICR qui, le 23 juin 1944, a visité Theresienstadt, «ghetto modèle», comme l’avaient qualifié Heinrich Himmler et ses affidés, à une soixantaine de kilomètres de Prague.