Avec le sacre de Tizian Büchi pour L’Ilot, c’est la première fois depuis 2013 qu’un film suisse remporte le Grand Prix de la compétition internationale du festival Visions du Réel. Le premier long métrage du réalisateur lausannois a séduit le jury par son «observation brillante qui réécrit les coordonnées des espaces géographiques en termes universels», ont indiqué les organisateurs.

Dans L’Ilot, deux vigiles sont, pour une raison mystérieuse, chargés de sécuriser l’accès à la rivière d’un quartier lausannois peuplé de retraités et de familles immigrées. Au gré des rencontres, un territoire se dessine, une amitié se construit. «Entre documentaire et fiction, Tizian Büchi met en scène une fable teintée de réalisme magique qui interroge subtilement la société de surveillance.»

Portrait de volcanologues primé

Le Prix du public a, lui, été attribué à la réalisatrice américaine Sara Dosa pour son film Fire of Love, portrait épique et spectaculaire des volcanologues Katia et Maurice Krafft. A Long Journey Home, le premier long métrage de la Chinoise Wenqian Zhang, est distingué comme meilleur film de la compétition Burning Lights, dédiée aux nouveaux vocabulaires et écritures, à la liberté narrative et formelle. La cinéaste helvético-japonaise Julie Sando remporte, elle, le Prix du jury de la compétition nationale ainsi que le Prix Zonta (soutien pour de futures créations) avec son film Fuku Nashi.

Sur «Fire of Love»: Les feux de l’amour à Visions du Réel

«La liste des lauréats de cette année comprend sept premiers longs métrages. De nouvelles voix côtoient ainsi le travail de cinéastes confirmés. […] Nous sommes particulièrement heureux que la diversité des genres cinématographiques, des générations, des approches ou des géographies qui nous guide ait été récompensée et saluée par le public et par les jurys», a déclaré Emilie Bujès, directrice artistique de Visions du Réel.

Fréquentation réjouissante

Le festival se poursuit encore en salle jusqu’à dimanche soir et en ligne jusqu’à lundi. Selon une première estimation des responsables, la fréquentation est comparable à celle de 2019, soit environ 45 000 entrées. Celles-ci se répartissent entre le grand public, les quelque 2100 professionnels accrédités, les 2600 enfants et adolescents des projections scolaires ainsi que les participants des programmes de la médiation culturelle.

A lire: Marco Bellocchio: «Tous les faits sont vrais à la base»

«Nous avons gagné notre pari en misant sur un festival réinventé grâce à un retour au présentiel très fort et une dimension augmentée en virtuel acquise pendant la pandémie, a affirmé Raymond Loretan, président de la manifestation. Visions du Réel est à la fois un festival de rencontres directes et une plateforme numérique forte au service d’une culture cinématographique diversifiée et globalisée.»

Près de 70 pays représentés

Cette 53e édition a présenté 160 films documentaires de 68 pays différents, depuis le 7 avril, pour son grand retour en présentiel dans les salles. Sur 124 films dans la sélection officielle, 85 films ont été présentés en première mondiale. Le réalisateur, scénariste et producteur italien Marco Bellocchio a reçu le Prix d’honneur de cette édition 2022. Kirsten Johnson, cinéaste américaine et directrice de la photographie était, elle, l’invitée spéciale cette année à Nyon.

Lire aussi: Kirsten Johnson, une belle «caméra-personne»

La 54e édition de Visions du Réel aura lieu du 21 au 30 avril 2023, ont déjà annoncé les organisateurs.