L’écrivaine camerounaise Djaïli Amadou Amal, qui est vedette de la littérature dans son pays ainsi qu’une militante de la cause des femmes, a remporté mercredi 2 décembre le 33e Goncourt des Lycéens pour son roman Les Impatientes, paru chez Emmanuelle Collas, un texte à trois voix où des femmes racontent la difficile condition d’épouse qui est la leur dans la société peule. A travers les confessions de trois femmes, Djaïli Amadou Amal raconte des mariages précoces et imposés, une polygamie le plus souvent mal vécue, de terribles violences domestiques, et des destins brisés.

Lire notre interview de Djaïli Amadou Amal: «J’ai décidé de protéger mes filles»

«L’écriture est simple et touchante et sonne juste, sans lyrisme superflu. C’est un livre subtil qui permet d’observer la question du mariage forcé par le prisme de ce témoignage émouvant», a déclaré par visioconférence la présidente du jury lycéen.

Au Cameroun on espérait un Goncourt, prix pour lequel Djaïli Amadou Amal était également finaliste, mais le prix a été remporté lundi 30 novembre par L’Anomalie d’Hervé Le Tellier. Les Impatientes est le troisième roman de cette autrice camerounaise reconnue dans son pays, mais c’est le premier à être publié par une maison d’édition française.