A une époque où la parole médiatique est de plus en calibrée, où l’instantanéité des réseaux plaide pour une spontanéité qui cache souvent mal un discours promotionnel bien rodé, Léa Seydoux semble souvent nager à contre-courant, à l’image d’une carrière passionnante menée entre l’Europe et les Etats-Unis, de Woody Allen à James Bond, de Raoul Ruiz à Xavier Dolan et Bertrand Bonello. Au moment de la sortie de La Vie d’Adèle en 2013, elle nous disait être mal à l’aise avec l’idée d’être perçue comme une star et éprouver une certaine difficulté à se prêter au jeu des interviews. Seul le cinéma – la puissance de la fiction – semble pour elle véritablement compter.