Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
«A l'école des Philosphes» témoigne une nouvelle fois de l'art qu'a Melgar de se fondre dans un milieu pour en capter les gestes et les regards en traduisant une réalité proche et méconnue.
© DR

Cinéma

«A l’école des Philosophes», les enfants de la malchance cheminent vers la lumière

Fernand Melgar émerge du barouf provoqué par sa dénonciation du deal de rue à Lausanne avec un documentaire touché par la grâce. Ce film suit l’année scolaire de cinq gosses atteints d’un handicap mental

Ils sont «nés du mauvais côté du hasard». Albiana est atteinte du syndrome de Down. Une mitochondriopathie dégénérative a été diagnostiquée chez Chloé. Louis et Léon souffrent d’autisme, Kenza d’hypotonie. Ils ont 4 ans, et voici leur premier jour d’école.

Nouvelle classe

Le «premier jour» est un rendez-vous qu’apprécie Fernand Melgar. Entre 2000 et 2003, il a consacré dix courts métrages à ces moments où l’on risque un pas vers l’inconnu – adoption d’un enfant, rentrée scolaire ou débuts professionnels… Béatrice, l’héroïne trisomique de L’apprentissage, a d’ailleurs déterminé A l’école des Philosophes. Le cinéaste lausannois venait de décliner la proposition que la Fondation de Verdeil lui avait faite de consacrer un film à ses soixante ans d’activités. Il s’est ravisé en croisant Béatrice à la piscine.

Il a visité les douze établissements pour enfants et adolescents que la fondation gère dans le canton de Vaud. Le dixième, sis rue des Philosophes, à Yverdon, s’est imposé comme la scène du film. En plus, fait rare, une classe allait se constituer, alors que généralement les nouveaux élèves intègrent des groupes déjà formés.

Porté par cet amour des gens qui fait la force de son cinéma, Fernand Melgar a passé un an à l’école des Philosophes. Il en a ramené 548 heures de rushes. Le film témoigne une nouvelle fois de son art de se fondre dans un milieu pour en capter les gestes et les regards traduisant une réalité proche et méconnue.

Lire l'interview: Fernand Melgar: «A l’école des Philosophes» est un film qui va vers le beau»

Vivre ensemble

C’est le premier jour d’école. Chaos et panique. Les gosses s’agitent dans tous les sens comme des insectes affolés ou restent prostrés. Planté devant une fenêtre pluvieuse, le petit Louis appelle son papa. Ce plan particulièrement douloureux fait ressentir la profonde détresse de l’enfant. Les accompagnantes, sous la houlette d’Adeline, ont tout de l’ange descendu sur terre. D’une patience infinie, d’une présence de chaque instant, elles apprivoisent les gosses. Elles leur prodiguent d’incessants encouragements, félicitations et remerciements. Elles leur enseignent à s’acquitter de petits rituels (chanter «Savez-vous planter les choux?»), à prendre confiance en soi, à apprendre à vivre ensemble.

Le contrechamp donne la parole aux parents, marqués par l’épreuve, mais heureux de ce qu’ils reçoivent de leur enfant différent. «Nous avons cinq sens, ces enfants un ou deux de plus que nous», pense Adeline, et le film semble lui donner raison. Un miracle a lieu devant nos yeux. La classe se structure. Les enfants progressent, se socialisent, les âmes prisonnières éclosent. Les regards s’allument, les mots viennent aux lèvres. Albiana cesse de réclamer de l’affection en tapant les autres, Kenza redresse la tête, Chloé arrive à se mouvoir. Aux bains de Saillon, la classe se laisse dériver au fil de l’eau, libérée de toute pesanteur, comme réconciliée avec la vie. A l’école des Philosophes est beau comme le printemps.


A l’école des Philosophes (Suisse, 2018), de Fernand Melgar, 1h37.


Avant-premières en présence de Fernand Melgar

  • Genève, Les Scala, me 5, 20h00
  • La Chaux-de-Fonds, Scala, je 6, 20h00
  • Vevey, Astor, ve 7, 18h30
  • Oron, Cinéma d’Oron, sa 8, 20h00
  • Morges, Odéon, di 9, 11h00
  • Delémont, Cinémont, lu 10, 18h30
  • Aigle, Cosmopolis, ma 11, 18h30
  • Orbe, cinéma Urba, me 13, 19h20
  • Tramelan, Cinématographe, sa 15, 17h30
  • Aubonne, Rex, lu 17, 20h30
  • Bex, Grain de Sel, ma 18, 20h00
  • Monthey, Le Plaza, je 20, 18h30
  • Neuveville, Cinéma Neuveville, di 23, 17h30
  • Cossonay, Casino, di 23, 20h30
  • Le Sentier, La Bobine, me 26, 20h00
  • Echallens, Cinéma Echallens, sa 29, 17h00
  • Château-d’Œx, Eden, di 30, 17h00
  • Sainte-Croix, Royal, ve 5 oct., 20h30
Publicité
Publicité

La dernière vidéo culture

Le performeur Yann Marussich se fait imprimer Le Temps sur le corps

Un soir à la rédaction du Temps. La salle de réunion est transformée en labo photo géant éclairé de rouge. Au milieu de la pièce, l'artiste Yann Marussich, rendu photosensible. Sur son corps nu se développent des titres du «Temps». 60 spectateurs assistent à l'expérience qui dure 45 minutes.

Le performeur Yann Marussich se fait imprimer Le Temps sur le corps

n/a
© Arnaud Mathier/Le Temps