Arles

La leçon de photographie de Roger Ballen

Exercices pratiques avec le photographe new-yorkais exilé en Afrique du Sud. A Arles, il a commenté des photos. Ses conseils et avis

Un artiste à l’œuvre tourmentée fait-il un bon professeur? Roger Ballen expose son univers aux Rencontres photographiques d’Arles, dans une maison aux allures de train fantôme. En parallèle, le New-Yorkais exilé en Afrique du Sud était récemment invité à donner un stage de photographie. Contre toute attente, Ballen défend une approche classique de la matière et une esthétique quasi «old school». Les participants au workshop ont soumis leur travail à l’œil tranchant du photographe. Ils ont accepté que nous publiions ici quelques-unes de leurs images, assortis des commentaires du maître.

Lire aussi: Arles, les 10 expositions à ne pas rater

Attention à l’exposition

«Ce n’est pas bon d’accentuer les noirs. S’il y a des détails, il faut au contraire ouvrir afin qu’ils soient lisibles. Dans cette image, une main est surexposée et l’autre sous-exposée; on ne voit pas la cigarette. La dame porte une robe bariolée, cela ne va pas avec une photographie en noir et blanc. Moi je lui aurais demandé de se changer!»

Réfléchir en série


«Ce rictus-là, c’est le point intéressant de la photographie. C’est un départ. Vous faites dix autres portraits de célébrités sur ce modèle et vous tenez peut-être quelque chose.»

Donner des clés de compréhension

«Je ne comprends pas cette image, j’ai besoin d’information. En ne donnant pas les clés, vous vous mettez dans une position où vous dépendez d’un autre mode d’expression pour expliquer ce que vous faites – l’écrit généralement. Du coup, vous vous précarisez. C’est facile de poser un objet devant un fond noir ou blanc mais il faut savoir pourquoi on le fait. Il faut que cela ait un sens.»

Faire des choix

«La lumière est dans le bas de l’image alors que le point le plus intéressant est cette main, en haut. C’est dommage. Il faudrait recadrer à mon avis, d’autant que cette tâche dans la partie supérieure brouille le message; on ne sait pas ce qu’elle fait là.»

Image de gauche. «Pourquoi laisser autant de ciel et autant de terre? Il faut décider quel est le centre de votre image et serrer autour, c’est plus clair. Ce n’est pas bon quand trop de choses se passent sur une photographie, il est nécessaire de faire des choix.»

«Il y a trop de fond autour du vitrail. Ce n’est pas nécessaire car ce n’est pas le sujet. Pourquoi avoir coupé là sur la droite? Cela donne l’impression que ce vase est important pour l’image alors qu’il est juste un détail du décor. Il y a un problème d’autofocus, l’avant est surexposé.»

Etre attentif à la narration

«Ce montage est très bien réalisé techniquement, mais il y a un problème de narration. Dans quel sens faut-il parcourir cette image? Cet homme est-il mort ou vivant? A-t-on jeté ses cendres dans cette rivière? Il doit y avoir une raison de placer chaque image ici ou là, cela doit raconter une histoire. Pour que ce soit plus clair, il faut enlever des photographies. Essayez d’en garder sept et vous verrez ce qui se passe.»

Peaufiner les tirages

«Cette image est très bonne. Le cadrage et la mise au point sont bien, le tirage également. C’est important un tirage. Si vous voulez montrer votre travail, vous en avez besoin. Si vous voulez vendre, vous en avez besoin.»

Publicité