Livres

L'écrivain Mathias Malzieu imagine un cœur brisé qui palpite encore

Mathias Malzieu décrit l’irruption d’une créature sauvée des eaux dans la vie d’un homme blessé. Un conte pénétrant

Trois ans après Journal d’un vampire en pyjama, récit imagé de son combat contre la maladie, Mathias Malzieu revient avec un septième roman aux allures de conte de fées: Une sirène à Paris. On y rencontre Gaspard Snow, un homme au cœur brisé qui sort d’une rupture difficile et qui vient de perdre sa grand-mère. Cette dernière est l’ancienne propriétaire d’une péniche étonnante: le Flowerburger. On y sert des burgers aux fleurs et on organise des soirées endiablées dans un lieu secret qui n’est accessible qu’avec un mot de passe. Mais les affaires vont mal, et le père de Gaspard songe à revendre le bateau. L’humeur de Gaspard est donc à l’image de la pluie qui tombe sans discontinuer sur les toits de Paris: morose.

Lorsqu’il découvre une sirène blessée sur les quais de Seine, il décide de la recueillir. Immunisé contre le chant mortel de la créature, Gaspard est persuadé qu’il ne risque rien: son cœur est déjà en morceaux. Commence dès lors une aventure fantasque et féerique où rien ne semble être laissé au hasard.

Souvenirs omniprésents

En premier plan se joue une histoire d’amour naissante tandis qu’une autre se brise dans un terrible accident. Alors que Gaspard se sent renaître aux côtés de Lula la sirène, Milena sombre dans les abysses de la tristesse. Mathias Malzieu réussit à créer une véritable profondeur chez ses personnages. Il est donc aisé de s’y identifier et de les comprendre, aussi bien dans leurs joies que dans leurs tourments. En cheminant avec eux, on rêve aussi – beaucoup.

Progressivement, l’auteur tisse la toile d’une thématique poignante: celle des souvenirs. Ces fantômes qui sont stockés par dizaines dans l’appartement de Gaspard et qui jalonnent les moindres recoins de son existence. Par osmose avec ce héros attachant et fragile, comment ne pas songer à toutes ces choses qu’on a perdues, celles auxquelles on s’accroche depuis trop longtemps et dont on pourrait se libérer, celles au contraire qui nous sont nécessaires pour avancer.

Lire aussi: La poésie déglinguée de Dionysos

L’écriture poétique de Mathias Malzieu est empreinte d’une musicalité qui rythme le récit à coups de phrases courtes où les métaphores se succèdent. Avec une facilité déconcertante, l’auteur nous transporte dans son univers singulier et onirique. A noter, pour prolonger l’expérience, qu’une adaptation au cinéma du roman est en cours de réalisation par Mathias Malzieu lui-même. Par ailleurs auteur, compositeur et interprète du groupe Dionysos, le romancier est aussi à l’affiche du Zénith, à Paris, pour une exposition de ses photographies: Surprisier est à voir jusqu’à fin juin.


Roman
Mathias Malzieu
«Une sirène à Paris»
Albin Michel, 240 p.

Publicité