Assis derrière un bureau, un homme cravaté produit méthodiquement des cocottes à partir d'un billet de un dollar. Les sonneries tintent, les signaux électroniques crépitent, les portes claquent, les rumeurs de la vie administrative emplissent d'une musique tendue et paroxystique la salle où Happy monday, le DVD d'Elena Montesinos, est projeté. Or des salles comme celle-ci, il en existe par dizaines dans le bâtiment neuf construit pour l'Office fédéral de la statistique (OFS), en bordure des voies de chemin de fer à Neuchâtel, et par milliers dans tous les immeubles de bureaux du monde. D'où l'intérêt de l'exposition d'art multimédia mise sur pied par Simon Lamunière, commissaire et spécialiste du domaine, dans le hall d'entrée de la tour OFS qui fait également office d'espace culturel.

En rupture, pour une fois, avec l'usage d'orner les nouvelles constructions d'une œuvre d'art, ont été convoqués ici de jeunes artistes suisses travaillant avec des médias qui se refusent à l'installation permanente. Et dont les outils – l'ordinateur, le projecteur, l'écran – trouvent dans cet environnement architectural leur habitat naturel. Office World, l'exposition qui en résulte, scrute, selon une palette très variée d'expressions et de propos, critiques, ironiques, lyriques, les univers de l'efficience, de la clarté, de l'organisation. Ainsi, l'installation en diapositives Battlefield # 6 Sophia Antipolis de Jérôme Leuba qui, sur la piste d'un suicide, relève avec une objective froideur l'effraction des entreprises de pointe dans le paysage méditerranéen.

Certains travaux relèvent au contraire de la transmutation magique. Par exemple le DVD d'une remarquable plasticité d'Yves Netzhammer, Süsserwind im Gesicht. Ou l'installation DVD My Living Room d'Hervé Graumann dans laquelle le fouillis du bureau bascule jusqu'à se diluer en un tapis volant dont les figures s'amplifient jusqu'au rêve. Ou encore la composition murale en peinture et DVD de GRRRR.net (autrement dit Ingo Giezendanner) dont les animations légères – rapides bourrasques, brefs passages de flocons, visages agités en série – restituent à la vie le noir-blanc d'une urbanité désolée.

Un espace adéquat

L'exposition montre encore les «aménagements du territoire» très précisément dessinés de Joëlle Flumet, le site Internet Mixm.org, recherche de longue haleine sur l'espace muséal réel et virtuel développée par Patrick Keller, Christophe Guignard et Simon Lamunière, la Maison d'hiver de Decosterd & Rahm, l'hyperréaliste DVD du collectif_fact, Ce qui arrive à l'intérieur d'un univers de bureaux, ainsi que les travaux de San Keller, Studer v d Berg, Beat Brogle/ Philippe Zimmermann. Installées dans un espace sec et fonctionnel, ces œuvres se trouvent comme chez elles, c'est ici qu'elles ont leur mot à dire. «D'ailleurs, sourit Simon Lamunière, une salle d'attente n'est-elle pas le lieu de la disponibilité totale, l'endroit même où le visiteur est ouvert à tout, du magazine féminin à l'art contemporain?»

Office World. Neuchâtel, Espace culturel de la Tour OFS, espace de l'Europe 8, me-di 12h-18h, jusqu'au 6 mars.