Cully Jazz Festival

Cinq choses à entendre

Léo Tardin

Le pianiste genevois range un instant son uniforme de Grand Pianoramax, ses claviers électriques, sa faconde cosmopolite. Il revient avec brio à son instrument premier: le piano. Et profite de Cully pour vernir son album.

Di 6 avril à 16h, Temple

Gasandji

Originaire du Congo, internationale dans l’âme, elle s’accompagne de la crème des Africains à Paris, dont le guitariste génial Hervé Samb. Il semble qu’elle ait tout pour elle. Ses concerts sont, de l’avis général, de la braise.

Me 9 avril à 19h30, Next Step

Les Maliens

Ils sont des habitués de Cully. On ne les boude pas parce qu’ils produisent une des plus belles musiques d’Afrique, donc une des plus belles musiques au monde. Salif Keita (10 avril) revient en acoustique. Tandis que Bassekou Kouyaté (12 avril) prouve une fois de plus qu’il dirige un groupe absolument légendaire.

Randy Weston

Cela faisait des lustres qu’on ne l’avait vu. Colosse aux mains démesurées, amoureux de Monk et d’Ellington dans le même geste, ainsi que des gnawas du Maroc pour faire bon poids. Il revient avec le saxophoniste Billy Harper. Randy a 87 ans.

Cully Jazz Festival, jusqu’au 12 avril. www.cullyjazz.ch