Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire

Le temps des séries TV

L’esclavage vu de Belgique

En l’honneur de François Weyergans, rédacteur en chef du Samedi Culturel ce 28 avril 2012, évocation d’une série belge. Depuis 2005, le choc provoqué par la fiction flamande «Matrioshki», qui traite des réseaux de prostitution, demeure intact

Notre haut patronage par François Weyergans permet d’évoquer la fiction TV du pays où il est né et où il a en partie grandi. Déjà en exprimant un regret: pour une nation si proche, la Belgique, l’accès aux séries TV est tragiquement limité. Hormis la sitcom Septième Ciel Belgique, les créations récentes du Plat Pays ne sont pas gâtées. La prometteuse tentative judiciaire A tort ou à raison a certes été montrée sur France 3, mais n’a même pas droit à une édition DVD. De même pour Melting Pot Café, autre sitcom, plus intéressante.

Parler de fiction TV belge permet donc de rappeler le choc de 2005, Matrioshki (en français, Matrioshki, le trafic de la honte) – par bonheur, la première saison s’acquiert toujours en DVD. Cette série flamande a stupéfié les amateurs par son sujet: la traite humaine contemporaine. Depuis la Lituanie, elle conte le calvaire d’une dizaine de filles menées à la prostitution en Flandre. Elle a donné lieu à moult controverses, certains dressant un (faux) procès de complaisance face au thème. Pourtant, avec le recul, et alors que de nombreuses séries à sujet sensible ont été lancées depuis, la précision du projet frappe toujours. Tournée à Vilnius et Anvers, aux dialogues intégralement en russe, lituanien et flamand, Matrioshki, créée par Mark Punt et Guy Goossens, dépeint dans le détail cette effroyable mécanique de la contrainte, d’un esclavage européen. Elle demeure un grand moment de la création TV des années 2000. La deuxième et dernière saison a été éditée en DVD, avec des sous-titres anglais et russes… mais pas français. Pour la découverte des œuvres belges, il y a encore du travail.

P.-S.: une deuxième chronique de la semaine, sur la série montrée par Arte East West 101, est sur www.letemps.ch

Publicité
Publicité

La dernière vidéo culture

Le performeur Yann Marussich se fait imprimer Le Temps sur le corps

Un soir à la rédaction du Temps. La salle de réunion est transformée en labo photo géant éclairé de rouge. Au milieu de la pièce, l'artiste Yann Marussich, rendu photosensible. Sur son corps nu se développent des titres du «Temps». 60 spectateurs assistent à l'expérience qui dure 45 minutes.

Le performeur Yann Marussich se fait imprimer Le Temps sur le corps

n/a
© Arnaud Mathier/Le Temps