C’est un livre-dentelle, un livre-funambule, qui avance entre perspectives et souvenirs avec une délicatesse de tous les instants, tant dans les mots que dans les images. Timothée de Fombelle raconte les vacances du jeune narrateur chez l’oncle Angelo: le voyage en train, la maison-fatras perdue dans les champs, les lentes journées, les tours à vélo, de plus en plus loin, jusqu’au jour où l’enfant se retrouve face à la mer.