C’est une petite colline qui étrangement évoque le Golgotha. Là-haut, sur les hauteurs de Matera, en Basilicate, Pier Paolo Pasolini a tourné en 1964 L’Evangile selon saint Matthieu. Et quarante plus tard, Mel Gibson y a réalisé sa plus sanglante Passion du Christ. Pointant ce plateau depuis un balcon dominant la cité italienne, Milo Rau explique à l’activiste Yvan Sagnet qu’il y sera à son tour crucifié, comme naguère Enrique Irazoqui et Jim Caviezel dans les longs métrages de Pasolini et Gibson.

Grande interview de Milo Rau: «Il faut raconter nos tragédies pour espérer les abolir»