Tous sur Netflix, à boulotter des séries 24h/24? Le cliché a vite circulé alors que les autorités confinaient des millions de citoyens. Ce sont plutôt les vieilles chaînes de TV qui crient victoire – pour l’audience; car au niveau de la publicité, comme dans la presse écrite, c’est l’écroulement général.

S’agissant de la TV classique, l’effet a été immédiat. En France, le lundi 16 mars, après l’entrée en vigueur du confinement, la consommation de télé a grimpé d’une heure de plus en moyenne par jour par rapport à l’année précédente, à près de 4h30.

Lire aussi: Au «Temps», des coûts qui augmentent

Des chiffres record

Selon les chiffres qu’elle a fournis au Temps, la RTS a connu un boom comparable. Du 1er janvier au 12 mars, l’audience moyenne du 19h30 a été de 306 000 spectateurs, pour une part de marché de 61%.

A partir du vendredi 13 mars, annonce de la fermeture des lieux publics par le Conseil fédéral, l’audience a bondi à 636 000 spectateurs en moyenne. Un record a été atteint le 15 mars, avec 689 000 curieux, soit 79% de part de marché. Les autres n’avaient vraiment que les miettes. Depuis qu’il se pratique des mesures d’audience comparables, en 1985, le TJ n’a jamais été autant regardé.

Lire également: La presse romande survivra-t-elle au virus?

Même sur toute la journée

Le TJ reste le navire amiral de la chaîne, il capte deux fois plus de téléspectateurs que la moyenne RTS. Ces données peuvent donc introduire un effet de loupe. A considérer les «empreintes», le visionnage d’au moins 15 minutes, pendant les soirées ou toute la journée, on relève aussi des hausses. Sur une journée entière, la RTS déclare 602 000 personnes en temps normal (1er janvier-12 mars), 896 000 depuis le 13.

Les responsables des chaînes en tirent des conclusions flatteuses, le retour aux bons vieux médias, etc. Il y a sans doute un peu de cela. Mais on ne sait pas comment, dans le même temps, a évolué la consommation de Netflix et autres services de vidéo, encore moins celle du web en général. L’analyse des pratiques médiatiques sous confinement sera complexe.

Découvrez nos principaux articles sur le virus