Restauration

L’histoire se réinvite au Grand Théâtre

Les travaux de rénovation de l’opéra genevois avancent. Première visite guidée et état des lieux quatre mois avant la réouverture

Derrière les parois de protection métalliques de la rue, les muses sont radieuses sous un ciel pur. Les quatre statues blanchies de la façade du Grand Théâtre semblent saluer l’avancement des travaux de rénovation du bâtiment historique.

Voir notre galerie photos: Dans le nouveau Grand Théâtre de Genève

La visite guidée des lieux se fait en compagnie de Rémy Pagani, le magistrat chargé du Département des constructions et de l’aménagement, et de Philippe Meylan, le directeur du Patrimoine bâti. Les deux architectes responsables de la réhabilitation de l’opéra genevois, François Dulon du bureau March et Danilo Ceccarini de Linea, commentent le parcours non sans une certaine fierté.

Une nuit funeste

Le rafraîchissement de la façade, maculée à l’huile de vidange par des manifestants dans la nuit du 19 décembre 2015, fait plaisir à voir. S’il reste encore quelques fantômes de coulures sur certaines pierres décapées, ils se dégraderont peu à peu au contact naturel des UV. Les muses, elles, ont été recouvertes d’un badigeon biodégradable qui leur rend un aspect plus neuf que neuf. Pas de changement notable à l’extérieur de l’édifice inauguré en 1879, donc, si ce n’est un franc rajeunissement d’ensemble. Mais, dès l’entrée, les surprises s’enchaînent.

Installées en 1962 après l’incendie qui ravagea le bâtiment, les hautes portes de verre du grand hall ont disparu. Les voilà remplacées par de lourds vantaux en bois structuré dont on peut apercevoir les coups de gouge des artisans. De longues poignées verticales de laiton passé à l’acide permettent de les manipuler.

«Nous avons retrouvé une photographie des anciennes portes, où n’apparaissent pas tous les détails, explique François Dulon. Et comme nous ne pouvons pas réinterpréter un élément historique, nous avons opté, à chaque fois que le cas se présentait, pour des compositions modernes dans l’esprit des matériaux et des tons d’origine.»

Beauté originelle

Que découvriront donc les spectateurs lors de l’ouverture prévue (et espérée…) le 12 février 2019? Une plongée dans l’histoire. Car la rénovation s’est déroulée dans le plus pur esprit de la reconstruction à l’identique ou de la restauration.

Premier choc: les couleurs et les nombreux motifs sur les murs de l’entrée et des escaliers. En grattant les parois, les artisans ont découvert des merveilles recouvertes par des couches de peintures, papiers, plâtres, plaques ou moquettes. Dans les parties publiques, les stucs, faux marbres, dorures, tapisseries, fresques ou parquets ont ainsi été remis à jour et restitués dans leur beauté originelle.

«L’objectif de cette rénovation se décline sur trois niveaux, révèle Rémy Pagani: patrimonial, fonctionnel et sécuritaire. Dans les années 1960, une centaine de personnes travaillaient au Grand Théâtre. Aujourd’hui on compte 220 collaborateurs. Il a donc fallu trouver le moyen d’augmenter les surfaces et de répondre aux demandes des utilisateurs fixes ou de passage. Les exigences techniques ont aussi considérablement évolué et le confort du public est primordial. Tout a été repensé et réorganisé pour une meilleure circulation intérieure et extérieure, la remise en valeur du bâtiment historique et une augmentation considérable des espaces de répétition, restauration et administration.»

1000 m² supplémentaires

Pour cela, il a fallu creuser et ajouter environ 1000 m² supplémentaires. Des salles de répétition et des loges y ont trouvé leur place, sous la lumière d’ouvertures vitrées donnant sur le sol du boulevard du Théâtre. Ces excavations sur la nappe phréatique ont causé des infiltrations qu’il a fallu canaliser, et qui ont retardé de six mois la réouverture du bâtiment.

En remontant des deux sous-sols, on découvre d’autres nouveautés: cuisine, cantine, cafétéria, bar, (24 mètres de long pour boire des verres…) entourés de beaux murs de briques et terre crue compressée pour absorber et rendre l’humidité dans une ambiance minérale. Les flux de personnel et de public s’équilibrent sans heurt. Même souci de la circulation au rez-de-chaussée. L’ancienne billetterie a été remplacée par un bar ouvrant sur une terrasse extérieure, et déplacée de l’autre côté de l’entrée principale.

Côté chiffres

Au premier étage, après avoir longé les faux marbres vert perlé de l’escalier, un parquet reconstruit à l’identique répond à un plafond aux motifs révélés. Des portes coupe-feu en métal ouvragé mènent à la salle qui, elle, n’a pas été touchée. Plus loin, le foyer resplendit de mille feux des dorures, cristaux et fresques repeintes ou rénovées. Un festival pour les yeux qui admirent d’incroyables tapisseries cousues directement sur le mur du petit foyer, ou une fresque inconnue au plafond du «carré d’or».

Du côté des chiffres, Rémy Pagani précise: «Sur le plan purement technique, les travaux supplémentaires pour traiter les infiltrations entrent dans le cadre des 67 millions du budget global. En plus, une subvention d’exploitation extraordinaire de 3,4 millions couvrira les frais induits par le retard du chantier et la double exploitation simultanée de l’ODN et de la scène de la place de Neuve. Enfin, un crédit de 2,6 millions servira à financer les frais d’équipements scénographiques, informatiques et en mobilier pour le bâtiment historique.»

Publicité