Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Archive photographique de la collection Hôpitaux de Terre des hommes. Depuis 50 ans, la fondation œuvre pour faire opérer des enfants du monde entier au CHUV, à Lausanne.
© Fondation Terre des hommes

Vaud 

L’histoire de Terre des hommes ouverte au public

L’organisation humanitaire a légué quarante ans d’archives au canton de Vaud. Lettres et photographies retracent l’histoire du mouvement créé par Edmond Kaiser à Lausanne en 1960

Des applaudissements nourris éclatent dans la salle comble de la Fondation Terre des hommes ce jeudi à Lausanne: après deux ans d’un travail de fourmi, l’organisation humanitaire a fait officiellement donation de ses archives au canton de Vaud. Des milliers de documents historiques – dossiers d’enfants, lettres manuscrites, photographies – retracent quarante ans d’histoire d’un mouvement né à Lausanne.

Le fonds couvre les années 1960 à 2000, une période durant laquelle le fondateur, Edmond Kaiser, n’a cessé de se battre pour l’aide à l’enfance. En 1960, ce pharmacien franco-suisse lance le mouvement Terre des hommes, choqué par le sort d’enfants malades pris au piège de la guerre d’Algérie. Depuis, cet homme engagé aura amorcé des actions pionnières, comme l’adoption internationale, qu’il évoque dès 1963. «Il aura fallu ses fameux et tonitruants coups de gueule pour faire bouger des montagnes d’humanité», résume Gilbert Coutaz, directeur des Archives cantonales vaudoises.

Devoir de mémoire

Au cœur des 192 mètres d’archives, on retrouve la trace d’Edmond Kaiser et celle de milliers d’enfants des quatre coins du monde venus se faire opérer dans les hôpitaux suisses. Des morceaux de vie sont consignés sur 15 400 fiches individuelles, classées par pays et ordre alphabétique. «Ces archives assurent un devoir de mémoire, pour ici et ailleurs. En les confiant à une institution publique, elles sont préservées des ravages du temps, et pourront encore être consultées dans cent ans», assure Vincent Grandjean, chancelier d’Etat du canton de Vaud.

Pour des raisons de protection, l’accès au public est limité. Un délai de réserve ordinaire de trente ans s’applique pour tout le fonds, prolongé à cent ans pour les dossiers individuels. Une exception cependant: les enfants pris en charge par la fondation, les enfants adoptés, ainsi que leurs descendants, profitent d’un accès facilité. Des dérogations sont également prévues en cas «d’intérêt de recherche suffisant», détaille Daniele Testori, chef du projet des archives pour Terre des hommes.

Intérêt scientifique

Cette donation est aussi synonyme d’un nouveau patrimoine pour les milieux de la recherche. Mieux classées, mieux entretenues, les archives sont dorénavant consultables à deux pas de l’Université de Lausanne. «Des archives bien organisées éveillent souvent la curiosité des étudiants», se réjouit Vincent Grandjean, chancelier d’Etat. L’inventaire des documents écrits, désormais disponible sur le site des Archives cantonales, simplifie la recherche d’information.

Ce fonds public présente aussi un intérêt dans des domaines spécifiques, comme celui de l’histoire de la médecine. «Il permet de mieux comprendre comment a évolué la prise en charge des enfants atteints de malnutrition», explique Vito Angelillo, directeur général de Terre des hommes.

Lettre à Pinochet

Quelques pièces uniques raviront aussi les férus d’histoire: des témoignages de soutien des actrices Audrey Hepburn et Géraldine Chaplin ou encore du peintre Marc Chagall. Sans oublier une lettre au général Pinochet datée de 1978. Edmond Kaiser, de sa plume indignée, demande au dictateur chilien de rétablir la vérité pour les familles de disparus. «Vous n’êtes pas insensible à leur angoisse permanente et profonde… leur impossibilité – faute de preuve de la mort (parfois) du disparu ou de la disparue – de faire valoir leurs droits d’orphelins ou d’adultes laissés, désormais, à l’abandon».

Publicité
Publicité

La dernière vidéo culture

Le performeur Yann Marussich se fait imprimer Le Temps sur le corps

Un soir à la rédaction du Temps. La salle de réunion est transformée en labo photo géant éclairé de rouge. Au milieu de la pièce, l'artiste Yann Marussich, rendu photosensible. Sur son corps nu se développent des titres du «Temps». 60 spectateurs assistent à l'expérience qui dure 45 minutes.

Le performeur Yann Marussich se fait imprimer Le Temps sur le corps

n/a
© Arnaud Mathier/Le Temps