Sur les cinquante-sept ans qu’a duré sa vie, le grand historien britannique Edward Gibbon (1737-1794) en a passé seize à Lausanne, échelonnés en trois séjours: un dans l’adolescence, un deuxième plus bref – en marge du Grand Tour qui devait le conduire à Rome où naîtrait le projet de son œuvre maîtresse, Histoire de la décadence et de la chute de l’Empire romain –, et un troisième, le plus long, dans les dernières années de son existence. Un in-folio coédité par deux chercheurs de l’Unil, Béla Kapossy et Béatrice Lovis, revient, articles savants et illustrations à l’appui, sur ces épisodes, le rôle qu’ils ont joué dans la carrière de l’écrivain et ce qu’ils disent de la position de Lausanne dans l’Europe des Lumières.