La grande aiguille de la Pendule de l’apocalypse, qui symbolise l’imminence d’un cataclysme planétaire, a été avancée de deux minutes à minuit moins trois, ont annoncé jeudi des scientifiques internationaux.

Le Bulletin des scientifiques atomiques, une association qui compte 18 anciens Nobels, créée après les bombardements d’Hiroshima et de Nagasaki par des physiciens du projet Manhattan, qui ont mis au point la bombe nucléaire, juge «très élevée la probabilité de catastrophe planétaire sans que des mesures soient prises rapidement» contre le réchauffement et la course aux armes nucléaires.

La célèbre pendule indique maintenant minuit moins trois minutes, précise Kennette Benedict, présidente de cette association qui a créé en 1947 cette pendule symbolisant à l’époque l’imminence d’un cataclysme nucléaire.

La dernière fois que l’aiguille avait été déplacée remonte au 10 janvier 2012, quand elle avait été avancée d’une minute.

Elle n’a jamais été aussi près de minuit depuis 1984, également à 23H57, au moment le plus tendu des relations américano-soviétiques. En 1991, deux ans après la Chute du mur de Belrin, elle était à 23h47

«Aujourd’hui, le réchauffement climatique incontrôlé et une course aux armes nucléaires résultant de la modernisation des énormes arsenaux, représentent des menaces extraordinaires et indéniables à la survie de l’humanité», a estimé Kennette Benedict.

«Les dirigeants mondiaux n’ont pas agi avec la promptitude et l’ampleur requise pour protéger les citoyens de catastrophe potentielle», a-t-elle ajouté pour justifier la décision de déplacer l’aiguille de la pendule.