Le lieu ne pouvait pas être mieux choisi. C’est à la librairie-cave L’Athenaeum de Beaune que rendez-vous fut pris. Le décor? Un mur de grands crus bourguignons que l’œnologue de l’endroit raconte comme s’il s’agissait de sa progéniture. Gérard Oberlé, lui, n’a pas pu accéder jusqu’à cette «bibliothèque» de bouteilles affublées, chacune, de leur appréciation personnalisée.

Deux admiratrices de Chassignet l’ont déjà alpagué, l’interrogeant sur le devenir de ce double littéraire dont il raconte régulièrement l’errance par recueils de nouvelles ou romans interposés. «Alors, ce Chassignet, il est bien sage en ce moment, non?» a risqué Isabelle, une enseignante à la retraite. Froncement de sourcil du romancier, tout de noir vêtu. Le temps de se poser derrière la table où s’empilent les exemplaires de son dernier livre, au titre tout indiqué pour ces lieux: Heptaméron avec chardonnay (Grasset). Et voici que Chassignet renaît: «Vous savez bien, madame, que Chassignet se fiche un peu de tout. Il apparaît quand bon lui chante. Ce monde ne lui correspond en rien. A vrai dire, il s’en fiche.» Limpide introduction…