frissons

L’implacable mécanique des auteurs de «Game of Thrones»

Quelques jours après la fin de la septième saison, petit débriefing. Où, contre certaines critiques émises pendant la diffusion, on admire la maîtrise des auteurs

Quelques jours après que les cendres sont retombées – et que le mur, lui, est tombé –, avec le recul, comment ne pas s’enthousiasmer pour la maîtrise dont font preuve les maîtres d’œuvre, David Benioff et D. B. Weiss?

Certes, cette septième et avant-dernière livraison a provoqué des discussions plus polarisées que les précédentes. Une faction non négligeable du public a été frustrée par une baisse des intrigues de clans et de cour, une relative simplicité du propos et des oppositions. Le spectacle aurait pris trop d’importance.

De Shakespeare à des Godzilla lance-flammes

De fait, c’est exact: mais on peut le déplorer ou pas. Oui, après des saisons 4 et 5 qui brouillaient les pistes et compliquaient le jeu pour mieux augmenter les possibilités scénaristiques, les deux chefs scénaristes ont produit une sixième saison ayant pour mission d’élaguer les arbres de Westeros, afin de mettre les troupes en position de bataille. Batailles qui se sont donc concrétisées en cette septième cuvée.

A ce sujet: Les jeux de piste de «Game of Thrones»

Le cheminement de Game of Thrones se révèle presque parfait, dans cette mécanique oscillant entre les drames familiaux ou tribaux et l’action. Le destin de la série était de s’acheminer vers une histoire plus simple et linéaire, au profit des chocs. Un ordre logique, organique, imposait aux auteurs de passer peu à peu de l’un à l’autre – avec, bien sûr, la tardive entrée en scène des dragons pour bien enfoncer les fidèles dans les canapés. L’ultime épisode de la saison 7, qui s’est étendu sur les divers groupes et familles avant de dépeindre l’effrayante attaque du mur, résume la teneur finale de la série.

Lire aussi, à propos du projet Confederate: L’après- «Game of Thrones» divise déjà

La fin est écrite

Les rumeurs de décalage pour l’ultime saison, dont le tournage commencera plus tard, et qui ne devrait être diffusée qu’à l’automne 2018 au plus tôt, semblent confirmer que le chantier est encore plus vertigineux, même s’il y aura un épisode de moins – six seulement, mais plus longs. Une chose est sûre, les scénarios des derniers épisodes sont écrits, dont quatre par Benioff & Weiss. La panique face aux fuites va s’aggraver. Pour nous autres, patience.

Publicité