Federico Fellini se promène le long de la rive de la mer à Rimini, sa ville natale sur la côte romagnole. Une fille de 5 ans l’accompagne. La couleur de sa petite cape se confond avec le bleu de l’Adriatique. «Rien ne se sait, tout s’imagine», lui glisse le cinéaste, déjà confirmé. Les Nuits de Cabiria, La dolce vita ou encore Huit et demi sont déjà des classiques. Amarcord sortira trois ans plus tard. Au retour de cette flânerie, il esquisse un croquis de sa nièce, surnommée «Fellinette». Aujourd’hui encore, Francesca Fellini protège son «plus précieux» cadeau.

Le dessin est le point de départ d’un court-métrage réalisé par celle qui se définit comme «l’unique héritière par le sang» du maître du cinéma italien. «J’ai voulu mettre en mouvement cette bambine, confie-t-elle au Temps. Il s’agit d’une fable, entre rêve et réalité.» Elle espère que cet hommage à «tonton Chicco» sera présenté dans «une grande vitrine internationale» en mai – le mois, bien qu’elle ne le prononce pas, du Festival de Cannes. Les célébrations à l’occasion du centenaire de la naissance du réalisateur battront leur plein, quatre mois après la date anniversaire officielle: Federico Fellini est né le 20 janvier 1920.