Votation fédérale

L’initiative contre le mitage est morte, vive l’initiative contre le mitage

Au terme d’une campagne peu animée, les Jeunes Verts n’ont pas réussi à convaincre les Suisses de durcir davantage la loi sur l'aménagement du territoire. Le combat n’est toutefois pas terminé, préviennent les écologistes

C’est un non particulièrement net. A 63,7%, la population et l’ensemble des cantons suisses ont rejeté l’initiative des Jeunes Verts contre le mitage, qui exigeait l’arrêt définitif de l’agrandissement des zones à bâtir et la compensation de chaque nouvelle parcelle constructible par une surface agricole de taille équivalente. Si le résultat est assez serré à Genève (52,7% de non), le refus dépasse les 70% dans plusieurs cantons, notamment en Valais, champion national avec 78,7% d’opposition. Il n’y a eu que quelques villes romandes pour accepter l’objet, notamment Lausanne, Fribourg et Neuchâtel. La proposition des écologistes n’a par ailleurs mobilisé que 37,4% des Suisses. Malgré un sévère échec – seules 40 communes sur plus de 2000 ont soutenu la proposition –, les perdants ont accueilli le résultat avec autant de plaisir que les vainqueurs.

Lire aussi l'opinion: Mitage: une jeune et verte désillusion

L’échec radieux

Les premiers résultats n’étaient pas encore tombés que les Jeunes Verts concédaient déjà la défaite. «On espère faire 35-40%», confie un gymnasien bernois, carotte à la main. Le buffet du comité de campagne des perdants du jour est végétarien, la nourriture «sauvée de la poubelle». Installé dans le Progr, le centre de production culturelle de la ville de Berne, le stamm des initiants ressemble ce dimanche à une fête d’anniversaire. «C’était une belle campagne», salue Oleg Gafner, 17 ans, coprésident des Jeunes Verts vaudois. «Vu les forces en face et notre maigre budget, nous considérons qu’il s’agit là d’un bon score. Surtout pour un parti de jeunes», dit-il. Pas déçus pour un sou, les politiciens en herbe ont salué la défaite avec candeur festive, force applaudissements et beaucoup de jus de pomme. Quelques bières également.

Malgré une nette défaite, la conseillère nationale genevoise Lisa Mazzone se réjouit aussi de l’opération menée par la jeunesse de son parti: «L’initiative met la pression sur l’application de la LAT, salue-t-elle. Beaucoup de promesses ont été faites pendant la campagne pour que le territoire suisse soit mieux préservé. Nous attendons désormais qu’elles se réalisent.» L’engagement de la relève écologiste doit par ailleurs être souligné, dit-elle: «Mener une initiative à l’échelle de la Suisse est un gros défi. Nos jeunes se sont mobilisés sur tous les fronts et ont tenu des débats de fond avec succès. C’est réjouissant.» Galvanisés, ces derniers ont salué la défaite avec des gâteaux géants garnis de bougies. D’autant que «le combat pour infléchir la LAT continue», disent-ils. Une nouvelle initiative de Pro Natura et BirdLife pourrait en effet prochainement voir le jour pour tenter, une fois de plus, de durcir les lois sur l'aménagement du territoire.

Le triomphe modeste

«Si c’est dans la même direction, ce ne sera pas accepté», prévient le conseiller national PLR Jacques Bourgeois (FR) au quartier général du comité du non. «Il faut que ceux qui pensent à lancer des initiatives du même type prennent en considération le signal clair et net du jour avant de venir en remettre une couche», ajoute-t-il. Etabli à quelques pâtés de maisons de ses adversaires, le comité des opposants a célébré sa victoire sans effusions particulières. Les rares politiciens présents ce dimanche picorent un peu de viande séchée en regardant leur montre, la victoire est connue depuis longtemps. Le manque de suspense semble avoir affecté l’ambiance festive. «Nous sommes extrêmement contents», souligne toutefois Patrick Eperon, coordinateur romand de la campagne du non. «Le résultat est clair. Ce qui prouve qu’il est possible de triompher contre une initiative écolo extrême en période de surmédiatisation du mouvement climatique.» Quelques bouteilles sont tout de même ouvertes, le plateau de viande séchée est servi.

Lire également: Lancement de deux initiatives en faveur du paysage

En fin de journée, le Conseil fédéral, représenté par Simonetta Sommaruga, s’est lui aussi réjoui de l’issue du scrutin. «Ce non n’est pas un non à la protection du paysage, au contraire», a toutefois estimé la nouvelle ministre de l’Environnement, des Transports et de l’Energie, qui vient de reprendre la gestion du territoire après le départ de Doris Leuthard. Face aux médias, la socialiste a mis les autorités du pays devant leurs responsabilités: «La population attend désormais que la Confédération, les cantons et les communes mettent en place la nouvelle révision de la LAT adoptée en 2013, qui vise notamment à la réduction des surfaces constructibles trop grandes. Cela doit être fait par les cantons d’ici au 30 avril, a-t-elle prévenu, sans quoi il y aura des conséquences.» En cas de retard, les zones à bâtir seraient en effet gelées jusqu’à la mise en conformité de la situation. «Et nous surveillons ça de très près», a-t-elle averti.

Les résultats: Le Valais sera le champion du non à l’initiative sur le mitage


Quelques-uns de nos articles

Publicité