Art

L’intelligence artificielle au service de l’art

L’histoire de l’art est constituée de ruptures et de provocations. Il n’est dès lors guère étonnant, un siècle après l’urinoir de Duchamp, de voir l’IA utilisée pour produire des œuvres

Le 25 octobre 2018, le Portrait d’Edmond de Belamy, mis aux enchères chez Christie’s, est adjugé pour un montant de 432 500 dollars, soit 45 fois l’estimation. Rien d’exceptionnel dans un monde de l’art qui voit ses records de vente exploser régulièrement, si ce n’est que cette impression sur toile, dont le chromatisme et la composition évoquent vaguement une œuvre de Manet, a été produite par un collectif parisien – Obvious Art – à l’aide d’une intelligence artificielle (IA).

Le portrait, précise le collectif dans un manifeste, représente un membre fictif de la bourgeoisie du XIXe siècle et il appartient à une série de 11 portraits consacrés à tous les membres de cette famille imaginaire. Cet arbre généalogique, explique encore le texte, symbolise à la fois l’histoire de l’art et les évolutions passées et à venir des technologies d’IA.