Décès

L’inventeur du code-barres est mort

Joseph Woodland avait eu l’idée géniale de ce système dès les années quarante mais avait revendu le brevet pour une bouchée de pain. L’inventeur américain est décédé à 91 ans

Sur les paquets de pâte ou les billets d’avion, mais aussi dans les chaînes de production ou les bibliothèques, le code-barres est partout. L’idée de ce système serait venue à Joseph Woodland il y a 64 ans, alors qu’il était jeune étudiant, selon sa fille Susan Woodland citée par le journal «The Record». En 1948, un cadre d’un supermarché local supplie le doyen de son université de trouver un moyen efficace pour encoder l’information des produits. Le doyen rechigne à la tâche, mais Woodland est persuadé qu’une solution est possible. Lors d’un séjour chez ses grands-parents à Miami pendant l’hiver 1948-1949, le jeune étudiant réfléchit à une manière d’adapter graphiquement le code morse et trace nonchalamment des traits et des points dans le sable. C’est ainsi que serait né le code-barres.

Avec son associé Bernard Silver, Joseph Woodland dépose le brevet de son invention en 1952. Mais le système nécessite un lecteur équipé d’une lampe de 500 watts, coûteux et peu pratique. Les deux inventeurs vendent leur trouvaille pour à peine 15’000 dollars à l’entreprise d’électronique Philco: c’est tout ce qu’ils toucheront pour leur invention, dont la patente expire à la fin des années soixante. Mais Woodland, employé pendant 35 ans chez IBM, participe après sa retraite à l’équipe de recherche qui développe le lecteur laser. L’invention révolutionne le commerce de détail dès 1973 et connaît un renouveau dès 1994 avec sa version bidimensionnelle, le code QR. Joseph Woodland, né en 1921, est décédé des suites d’un Alzheimer dimanche dans une maison de retraite d’Edgewater (New Jersey), selon le «New York Times».

Publicité