Portrait

Lionel Caille, acteur social

Le Vaudois vit sa première saison à la tête du Théâtre de marionnettes de Lausanne. Son credo: des spectacles qui font réfléchir autant qu’ils divertissent

C’est la direction d’une véritable institution qu’a reprise Lionel Caille. Une institution, certes, mais souvent méconnue des Lausannois, alors même qu’elle vient de fêter sa 30e saison. Il faut dire que le Théâtre de Marionnettes de Lausanne (TML) ne possède pas ses propres murs: ses spectacles se déroulent dans l’aula du Collège des Bergières. Une vaste salle qui rend périlleux l’accueil de propositions intimistes exigeant une grande proximité avec le public. Qu’à cela ne tienne: en attendant de peut-être un jour investir un endroit rien qu’à lui, vaste dossier sur lequel sa patiente prédécesseure, Isabelle Grenier, a déjà travaillé, Lionel Caille se sent bien dans ses nouvelles fonctions. Son large sourire et ses yeux qui frétillent trahissent instantanément son enthousiasme.

Lire aussi: À Genève, les marionnettes sortent de leur long sommeil

Il vient de proposer aux petits dès 3 ans Chippie chippe, poétique et drolatique création de la jeune compagnie chaux-de-fonnière Erikilette, qui va tourner ce printemps en Suisse romande. Entre théâtre de marionnettes et d’objets, ce spectacle est à l’image de ce que veut défendre le Lausannois. «On sait désormais qu’on ne peut pas prendre les enfants pour des imbéciles, dit-il. Il faut non seulement faire attention à ce qu’on dit, mais aussi à comment on le dit. Le but est que cela soit compréhensible et que, peut-être, de petites graines de conscience ou de créativité puissent germer. J’ai d’ailleurs très envie de proposer, à l’issue de certains spectacles, des ateliers philo.»

Spectacles de prévention

C’est en Belgique que le quadragénaire est parti apprendre la comédie à la fin du siècle dernier. Après une demi-licence en lettres à l’université, il décide sans trop réfléchir de suivre un ami à Bruxelles, où il s’inscrit à l’Ecole de théâtre Lassaad. Il se souvient d’un apprentissage très libre des arts de la scène, d’une méthode basée sur le mouvement plus que sur le texte. Le matin, des cours; les après-midi, des ateliers. «On a appris le métier de comédien tout en se frottant à la mise en scène ou à la recherche de costumes. En sortant de cette école, on a suffisamment de bagage et de copains pour ne pas attendre que le téléphone sonne. Car si tu ne te bouges pas, il ne se passe rien. Des grands comédiens, des Depardieu, il n’y en a qu’un ou deux par décennie. Et il y a beaucoup de chances pour que ce ne soit pas toi…»

Un père passionné de théâtre, un peu d’impro au cours de sa scolarité. Il n’en fallait pas plus pour que Lionel Caille, sans jamais avoir rêvé d’en faire son métier, se lance. Son diplôme en poche, il hésite. Rester en Belgique, revenir en Suisse, faire des allers et retours? Ayant l’impression de ne jamais être au bon moment au bon endroit, il revient à Lausanne. En 2000, il intègre la compagnie Le Caméléon, qui propose en milieu scolaire des spectacles de prévention. Il se découvre acteur social, et aime ça. Il s’oriente alors vers le théâtre jeune public et, avec son frère Steven, fonde la compagnie de marionnettes Un Caillou dans la chaussure. Leur première création, Hermogène, le rat de bibliothèque, parle d’un rongeur libérant des personnages de romans. Un moyen d’évoquer la magie de la littérature.

A lire: Titeuf brûle les planches

Magie: ce mot, il l’aime bien. Les marionnettes, qui peuvent faire tout ce dont les comédiens sont incapables, comme tomber au ralenti, ont quelque chose de magique, explique-t-il. Lionel Caille aime établir avec elles une véritable complicité. Depuis une quinzaine d’années, la tendance est à la manipulation à vue. Sur scène, on voit la marionnette et le comédien. Les deux coexistent, ils ont chacun un rôle. Lorsqu’il a pris part en 2016 au projet Titeuf, le spectacle, il a ainsi dû «désapprendre» son métier. «Alors que j’avais développé une espèce de mécanique permettant de différencier qui parle entre moi et la marionnette, je devais n’être que le personnage. J’ai dû faire l’effort de bien regarder ma marionnette pendant qu’elle parlait, alors que dans la manipulation que je pratique, elle vit de manière indépendante.»

Travail d’équilibriste

Le Vaudois rejoint le TML en 2014. D’abord engagé comme administrateur, il a pu comprendre de l’intérieur le fonctionnement du théâtre avant d’en reprendre la direction. Un poste qui ne l’empêche pas de mener de front d’autres projets, et de continuer à s’amuser au sein de la troupe d’improvisation Avracavabrac, au côté de quelques amuseurs notoires comme les deux Vincent – Kucholl, et Veillon –, Pierrick Destraz ou Didier Charlet. Deux créations commandées à des compagnies locales, quatre ou cinq spectacles en accueil: mettre sur pied une saison du TML est un travail d’équilibriste. Vous voulez rire? et La Fontaine à fables vont ce printemps clore la première saison de Lionel Caille.

La suite? Il imagine parfois contourner l’orientation jeune public du TML et offrir des spectacles destinés aux pré-ados. Quant à sa prochaine création personnelle, ce ne sera pas avant la rentrée 2019. Mais il se réjouit déjà de retrouver l’excitation des premières. «J’aime ce moment où tu attends derrière le rideau. Tu entends le brouhaha dans la salle et là, c’est hyperflippant. Car le jeune public ne triche pas. Il est intransigeant. Les petits n’ont pas la politesse des grands; ils ne viennent pas te dire "c’était intéressant" ou "jolies lumières". Ils sont cash. Si ça ne leur plaît pas, ils causent.»


Profil

1974 Le 2 novembre, naissance à Pompaples.

1999 Sort diplômé de l’Ecole de théâtre Lassaad, à Bruxelles.

2006 Premier spectacle de marionnettes avec sa compagnie, «Un Caillou dans la chaussure».

2016 «Titeuf, le pestacle».

2017 Reprend la direction du TML.

Publicité