Imaginez prendre un bain, décontracté du corps et de l’esprit, dans une baignoire forcément immobile, dans un joli chalet des Alpes suisses. Imaginez ensuite un torrent d’eau qui s’engouffre chez vous, arrache la baignoire et vous projette à l’extérieur, où l’inondation générale dévaste déjà tout sur son passage. Commence alors un voyage mi-homérique, mi-picaresque en baignoire mobile, bateau loufoque emporté par le courant de la «Rheuse», fleuve fictif, sous un déluge climatique bientôt planétaire.