Librairies du monde, 7/8

Lire dans le vent de l’Histoire

A deux pas de la librairie Delamain, les jardins du Palais-Royal invitent à la lecture et à la halte gourmande

Il n’y a que la place Colette à traverser en sortant de chez Delamain. On laisse sur sa droite les colonnes de Buren, en marbre blanc et noir, et on est dans les jardins du Palais-Royal, créés par Richelieu au XVIIe siècle et ouverts chaque jour au public de 8h à 23h. S’il pleut ou vente, on peut s’asseoir avec son livre sous les arcades, en choisissant soigneusement sa place entre les galeries de Montpensier, de Valois, de Beaujolais, du Jardin et des Proues. Les dignitaires de la Légion d’honneur en profitent pour s’arrêter chez Bacqueville, où ils renouvellent leur stock de petits rubans rouges.

S’il fait beau, on peut choisir un siège de fer vert, plus ou moins incliné, entre le bac à sable et le bassin où les enfants clapotent. Ou s’asseoir par terre. A l’heure du déjeuner, il faut choisir sa table en fonction de son budget. Au Grand Véfour, dans le péristyle de Joinville, le menu plaisir est à 268 euros (362 francs) et la crème brûlée aux artichauts à 27 euros (36,50 francs). Le Café du Théâtre est nettement plus abordable avec son plat du jour à 15,50 euros (21 francs), par exemple un filet de sardine au riz thaï. On peut se laisser tenter par le couscous du Villalys, mais attention: les moineaux y ont leurs habitudes et, en terrasse, volent en piqué vers les assiettes pour attraper des grains de semoule.

Là encore, que de fantômes! C’est dans son appartement du Palais-Royal que Colette est morte le 3 août 1954. Rejetée par l’Eglise catholique à cause de ses deux divorces, elle eut droit à des obsèques nationales dans les jardins eux-mêmes.

Les rêveries de Bonaparte

Le 12 juillet 1789, c’est là aussi que Camille Desmoulins harangua les foules. Deux jours plus tard, les Parisiens prenaient la Bastille et la révolution française commençait. En levant le nez de son livre, pour peu qu’un pas claque sur le pavé, on imagine Bonaparte lisant tout en marchant Les Ruines de Volney avant de partir pour la bataille d’Egypte. Un exemplaire est toujours en vente chez Delamain.

Publicité