L’Italo-Suisse Giuliano da Empoli a reçu jeudi le Grand Prix du roman de l’Académie française pour Le Mage du Kremlin. Un roman critique vis-à-vis du président russe Vladimir Poutine.

Dans ce roman publié en avril aux éditions Gallimard, il dresse un panorama des mécanismes du pouvoir en Russie au cours des 30 dernières années.

Né à Neuilly-sur-Seine, banlieue chic de Paris, Giuliano da Empoli, 49 ans, a été le conseiller politique du président du Conseil italien Matteo Renzi. Le long monologue qu’il imagine dans la bouche du conseiller fictif du Kremlin Vadim Baranov s’inspire du parcours de Vladislav Sourkov, cofondateur du parti Russie unie de Vladimir Poutine pour l’élection présidentielle de 2001.

Une rencontre en 2019: Giuliano da Empoli: «Les nationalistes impriment leur grammaire politique»

«Décortiquer le pouvoir»

Vadim Baranov confie le cynisme d’un président qu’il appelle «le Tsar», l’occasion de revenir sur les événements qui ont secoué l’histoire de la Russie depuis l’éclatement de l’Union soviétique en 1991.

«Mon livre est vraiment imprégné d’une certaine littérature française, qui a sa place à l’Académie depuis longtemps, et qui décortique le pouvoir, qui l’observe», a déclaré le lauréat à la presse.

Il est aussi en lice pour le Goncourt

Giuliano da Empoli est par ailleurs l’un des quatre finalistes de l’édition 2022 du prestigieux prix Goncourt, qui sera annoncé le 3 novembre.

Obtenir ces deux prix littéraires la même année est un exploit qu’ont réalisé peu d’auteurs, car les deux Académies, française et Goncourt, tiennent généralement à l’indépendance de leur choix.


A propos des prix littéraires