Tout lecteur, toute lectrice possède dans sa mémoire un étrange album d’images. Aucune d’entre elles n’existait au moment où il ou elle l’a mémorisée. Aucune d’entre elles ne s’est jamais imprimée sur sa cornée. Aucune d’entre elles ne fait partie de sa biographie. Aucun peintre, aucun photographe, aucun cinéaste ne les a jamais fixées. Ou en tout cas, pas de cette façon-là. Et pourtant, ces visions sont là, quelque part dans notre mémoire, presque tangibles, indélébiles, puissantes, opérantes.

Si je me livre à un petit inventaire de mes propres images «invisibles», elles s’avèrent incroyablement diverses et saugrenues. Certaines sont emblématiques, d’autres anecdotiques, mais toutes m’ont frappée au point de s’installer dans mon esprit et de constituer une sorte de musée imaginaire.