Littérature. Fabienne Raphoz. Pendant 1-62. Héros-Limite, 62 p.

Avant de partager avec Bertrand Fillaudeau la responsabilité de l'héritage de José Corti, Fabienne Raphoz a consacré une étude aux Femmes de Barbe-Bleue (Metropolis, 1995). Dans la foulée, elle a aussi publié Des Belles et des Bêtes (José Corti, 2003), un bel essai sur les «fiancés-animaux». Et encore Poussière du ciel: un hommage aux derniers ardoisiers des monts d'Arrée. Ses poèmes, elle les réserve à la maison genevoise Héros-limite. En voici le deuxième recueil, 62 éclats de vie. En découpant les feuillets, on met au jour des fragments elliptiques: «La catastrophe aussi/ exige/ sa contrepartie». On devine un journal intime derrière les notations discrètes, parfois obscures: «A deux heures moins dix a.m./ le cinq avril 1995/ deux lunes surgirent/ du ciel marine/ en équilibre». Parfois un fragment narratif évoque un paysage, ainsi Brest: «Mac Donald/ France Loisirs/ Breiz-Izel/ Sur une même façade neutre/ et sur la rade éclaboussée griséor/ des feux d'hiver/ deux rails rouillés dans un petit square/ au carré/ à l'aplomb des grues et des proues en devenir/ de lame/ finis terrae […]. Le dernier se projette dans l'avenir: «Après,/ très longtemps/ après:/ de l'herbe ondule,/ un trille parvient.»