L'auteur suédois du très pittoresque journal du pirate Long John Silver continue avec cette nouvelle histoire à naviguer sur les mers réelles et sur les mers de l'imagination, toujours porté par l'amour de la liberté et de la tolérance. Le capitaine en question accoste, avec son navire marchand et ses hommes d'équipage, dans quatre ports où il fait la connaissance, à chaque fois, d'une personne dont il fera malgré lui basculer le destin. Une jeune serveuse, un joaillier, un informaticien à la retraite, une veuve d'armateur qui tient le registre de tous les marins ayant fait escale dans son village, tels sont les terriens qui s'attachent au capitaine au point de partir à sa recherche. Quatre personnages, quatre thèmes qui vont se fondre les uns dans les autres et composer un conte moderne, une leçon de vie, dans laquelle les beautés de la mer, l'ironie, la clarté critique des idées, accompagnent les péripéties de l'histoire. «Je me fais l'effet d'être un colporteur de rêves», déclare le capitaine: sur ce point, il ne fait pas de doute qu'il ressemble beaucoup à Björn Larsson.

Trad. de Philippe Bouquet, Grasset, 300 p.