«Ne résistez pas, lisez ce livre», conseille le romancier anglais David Lodge. Et l'on voit bien ce qui a pu séduire ce spécialiste des comportements universitaires dans les deux longues nouvelles de l'Américaine Francine Prose, la première surtout: d'un cynisme achevé, elle a pour cadre le premier Congrès international Kafka et pour protagonistes deux maîtres des coups fourrés et de l'affrontement des ego. La seconde, presque un court roman, est une satire américano-française d'un burlesque assez noir, placée sous le double signe du sexe et de la mort. Bien qu'elle s'en défende, Nina est sous l'emprise totale de Léo, qui l'envoie seule à Paris, avant de la rejoindre – ce qu'elle ignore au départ: «Trois cochons en cinq jours» raconte une manière de pèlerinage érotique, avec des stations à l'hôtel Danton (un ancien bordel), devant un poste de télé qui montre comment on tue le cochon à travers la France, dans les réserves du Musée Rodin où sont conservés les dessins érotiques de l'artiste, dans les catacombes, sur la tombe de Simone de Beauvoir au cimetière Montparnasse, enfin à la prison de la Conciergerie. Tragique et drôle.

Francine Prose

Visites guidées de l'Enfer

Trad. de Cécile Nelson

Ed. Métailié, 248 p.