On ignore son prénom, mais on sait que sa tante l’affuble de petits noms tendres: «ma crevette», «mon doudou». Un peu déjantée, Tata a le cœur gros comme ça, la petite aussi d’ailleurs. Elles ont développé une relation où le sérieux le dispute à la drôlerie. C’est l’histoire d’une gamine dont la mère, alcoolique et dépressive, peine à s’occuper, et qui, jour après jour, livre ses réflexions d’enfant à la manière d’un journal intime. C’est aussi un roman graphique où priment des saynètes de la vie quotidienne, souvent désopilantes, dont les protagonistes sont le plus souvent la nièce et la tante.