S’il y a des romans de gare, c’est parce que le livre et le train ont entretenu dès les débuts des relations très étroites. Délices des paysages et des pages qui défilent et se répondent, trains d’hiver où calfeutrés on lit, tout en cheminant… mais pas seulement. La gare est le lieu par excellence où se place le livre, là ou sa rencontre avec le lecteur-voyageur est la plus probable.

Les éditeurs ne s’y sont pas trompés. Dès que le réseau ferroviaire s’est développé en Europe, le livre l’a suivi, s’implantant à chaque arrêt, s’installant dans chaque gare, guettant le voyageur qui allait l’emporter. Louis Hachette, fondateur du groupe du même nom, imitant un précurseur britannique, avait ainsi obtenu de Napoléon III, dès les années 1850, le monopole de ce qu’on appelle des «bibliothèques de gare», ancêtres des kiosques et petites librairies du voyageur.

Gares et librairies entretiennent aujourd’hui encore des relations amicales. Genève, Paris, et bien d’autres possèdent des rayons bien achalandés où les succès du moment côtoient la littérature de gare et parfois les journaux.

Une bibliothèque à la gare

Si la présence du livre en gare est d’emblée placée sous le signe du profit, ce n’est toutefois pas sa seule expression. Car aux kiosques et aux librairies s’ajoutent, parfois, des bibliothèques.

Là, le voyage immobile peut tout à coup prendre son temps, se déployer à nouveau, vagabonder à loisir. La gare de Wroclaw, par exemple, vient d’inaugurer une bibliothèque dans ses murs, nous apprend ActuaLitté.

De quoi rêver de chaleur, de longs après-midi de transit où l’on pourrait se perdre dans les méandres d’un catalogue… Rêver en polonais en gare de Wroclaw, en néerlandais en gare de Haarlem, en français en gare de Périers en Basse-Normandie…

Il y a des romans de gare, mais y a-t-il des romans de port? Des bibliothèques portuaires où les marins pourraient trouver d’autres histoires que les leurs? Il en faudrait. Pour les marins d’eau douce en tout cas, la réponse est oui. Car ce week-end sur les quais de Morges, une bibliothèque géante va jeter l’ancre.