La guerre en Ukraine jette une ombre jusqu’au Tessin. C’est avec gravité que Marco Solari, au Kino Rex de Berne, ouvre la conférence de presse de la 75e édition du Locarno Film Festival. Le président de la manifestation espère que le sommet de Lugano marquera le début d’un processus de paix, rappelle la «fragilité des démocraties» et la «menace du fascisme», toujours en embuscade. Il espère qu’un festival, dans sa petite mesure, puisse contribuer à améliorer le monde. Il s’en est donné les moyens.